Coopération décentralisée et humanitaire

Plusieurs ONGs et institutions gouvernementales canadiennes interviennent au Bénin.

 

OXFAM-QUEBEC AU BENIN

Un bureau régional de l’Afrique de l’Ouest fut installé en 1996 à Cotonou, au Bénin, afin de superviser les activités du pays, en plus de celles du Niger et du Burkina Faso. En janvier 1998, le bureau régional fut transformé en bureau national afin d’assurer la pleine responsabilité du développement et de l’application des programmes au Bénin.

A la suite de l’intégration des activités du CLUB 2/3 et d’Oxfam-Québec en 2005, le bureau national à Cotonou a repris sa mission de bureau régional pour le Bénin et le Togo. Cette décision répondait à de nouveaux besoins et avait pour avantage d’accélérer le développement des activités avec des partenaires locaux béninois, tout en ciblant tout particulièrement les jeunes.

Aujourd’hui, les interventions de Oxfam-Québec sont réalisées tant en milieu rural qu’urbain. L’ONG canadienne concentre ses activités à l’intérieur de quatre zones d’intervention : l’Atlantique, l’Ouémé, les Collines et le Littoral. Les populations ciblées sont majoritairement les femmes et les jeunes.

Les activités de l’ONG se poursuivent sur le terrain et connaissent un bon développement.

 

LE CRDI AU BENIN

Les projets que finance le CRDI au Bénin se résument principalement en des travaux de recherche sur les soins de santé, les stratégies de lutte contre la pauvreté, l’agriculture urbaine, les liens entre l’écosystème et la santé humaine, les femmes et la décentralisation ainsi que l’utilisation des technologies de l’information et de la communication au service du développement.

 

En outre, le CRDI appuie et gère une démarche triennale qui vise à renforcer les systèmes nationaux de surveillance et d’évaluation des stratégies de lutte contre la pauvreté.

 

Le Centre Songhaï — une organisation non gouvernementale (ONG) de Porto-Novo, au Bénin, partenaire du CRDI — a mis son aide à profit pour réussir la mise en réseau de trois télécentres communautaires, reliant ainsi entre eux les agriculteurs des pays limitrophes. Cette ONG est également parvenue à donner avec succès à des agriculteurs la formation nécessaire pour adopter des pratiques culturales plus viables et tirer un meilleur avantage de leurs talents d’entrepreneurs. De plus, le financement du CRDI a aidé le Centre Songhaï à élaborer et à mettre à l’essai des contenus et des techniques facilitant l’apprentissage à distance et à adopter des technologies favorisant le réseautage entre étudiants, entrepreneurs, enseignants et ONG.

  • Autres ONGs

 

Plusieurs autres acteurs canadiens interviennent dans ce type de coopération dont l’Union des Producteurs Agricoles (UPA) du Québec qui concentre ses actions dans la région de Savalou ou UPA Développement international accompagne depuis 2015 l’Union des groupements des agriculteurs Mowossokpo (UGAM) dans la mise en place d’un service collectif de mise en marché du maïs.

Avec ses coopérants-volontaires, CUSO International intervient auprès de certains groupes socioprofessionnels pour améliorer leur dynamisme d’intervention. Quant à l’Alliance pour la Santé Communautaire Canada-Afrique, elle travaille depuis quelques années à l’amélioration de la santé maternelle et infantile dans les régions du Zou-Collines et de l’Atacora-Donga.

D’autres acteurs comme Jeunesse Canada Monde, Right to Play, Gaine, et l’université d’Ottawa interviennent auprès des populations.