English

RESSOURCES MINIÈRES

Plusieurs programmes d’exploration ont été réalisés et ont abouti à l’identification de certaines ressources principales dont l'or, le fer, le phosphate et le pétrole.

  •  L'OR

De vastes zones aurifères marquées par des indices et des gisements d’une part, et des environnements géologiques et structuraux favorables à la minéralisation aurifère d'autre part ont été identifiés dans l'Atacora. Au nombre de ces gisements, il convient de citer:

  • LE GISEMENT DE PERMA

Il est constitué de 26 filons de quartz répartis sur une superficie de 2 km². La réserve prouvée est de 800 kg d’or filonien avec une teneur de 9 g/tonne.

  • LES GISEMENTS ALLUVIONNAIRES

Ils sont localisés dans les vallées des rivières Perma, Sina- Issiré et Sarga. La réserve d’or alluvionnaire disponible est évaluée à 400 kg avec une teneur de 1 g/m³. Celle de la rivière Sina-Isséré s’élève à 1 tonne environ avec des teneurs estimées à 1,2 g/m³.

La zone métallique aurifère de l’Atacora a été morcelée en 18 périmètres miniers dont : 12 ont été octroyés à des compagnies minières. Dans le secteur de l’Alibori, 8 périmètres miniers sont délimités pour la recherche de l’or. Les perspectives sont assez prometteuses.

  • LE FER

Dans la région de Karimama (nord-est), il y a le gisement de Loumbou-Loumbou avec des réserves de : 226 millions de tonnes contenant 46 à 52% de fer et 13 à 15% de silice. A Madékali, dans la région de Kandi (nord-est), un gisement de fer existe avec des réserves de l’ordre de 240 millions de tonnes contenant 46 à 52% de fer et 13 à 15% de silice.

  • LES PHOSPHATES

Le gisement de phosphates de la zone Mékrou au nord- ouest du Bénin est estimé à 5,5 millions de tonnes avec une teneur moyenne de 25,2% de P2O5. Ce minerai de phosphate est très utile en agriculture.

 

MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION ET COMBUSTIBLES FOSSILES

Le sous-sol béninois est très riche en matériaux de construction dont le calcaire, le marbre, l’argile, la terre de barre, le sable, les graviers et les pierres ornementales.

 

  • LE CALCAIRE

Les importants gisements de calcaire évalués à 122,5 millions de tonnes utilisables pour la cimenterie, ceux du calcaire gréseux aptes pour le ballastage estimés à 33 millions de tonnes et ceux utilisables pour la chaux évalués à 1,575 millions sont localisés à :


• Onigbolo : 90 millions de tonnes de réserves.

• Massè :17,5 millions de tonnes.

• Avlan :1,575 millions de tonnes (pour la fabrication de la chaux).

• Bakpodji : 33 millions de tonnes de calcaire gréseux apte pour le ballastage.

 

  • LE MARBRE

Plusieurs régions du Bénin recèlent de gisements de marbre qui méritent d’être mis en valeur. Il s’agit notamment de Idadjo situé à 360 km au nord de Cotonou, il est formé de roches calcaro-dolomitiques largement cristallines, d’une teinte gris-bleutée et susceptibles d’un beau poli. Cette réserve est évaluée à 6 millions de tonnes.  Motéwo il est situé dans la région d’Alafia à 300 km environ au nord de Cotonou. C’est une formation lenticulaire dont les réserves n’ont pas encore été évaluées. Atomè-Lonkly la réserve d’une vingtaine d’indices de marbre dolomitique relevés a été évaluée à 6 500 000 m³. Lanta  A 15 km à l’ouest d’Abomey, 75000km³ de marbre gris en lentilles dans des migmatiques ont été mis en évidence.

  • LE GRAVIER

Les gisements de gravier existent au Mono dans le secteur de Sè avec  une réserve de 13 081 000 km³ et à Lokossa au nord de Sê

  • LES PIERRES ORNEMENTALES

Le Bénin dispose énormément de pierres ornementales qui sont des roches qui, sciées et polies, présentent un beau poli et peuvent être utilisées pour le revêtement des sols et murs. Il y a:

 

Les granites de Dassa, de Gobada, de Fita, de Parakou ; les syéno-monzonites de la région de Bétérou ; les jaspes et serpentinites du Buem ; les granulites et charnockites de Pototoumana-Kompagorou Les granulites de Dérouvarou ; le complexe éruptif alcalin de la Pako.

  • LES ARGILES

Des gisements d’argiles ont été identifiés dans le bassin sédimentaire côtier. On peut citer les gisements de : Gbédji-Kotovi: 5 millions de tonnes; de Massi 1,5 millions de tonnes et de Zogbodomè 10 millions de tonnes. Par ailleurs, Djrègbé, Sakété et la zone bordière du fleuve Ouémé ont révélé des gisements d’argiles dont les réserves ne sont pas encore évaluées. Ils servent à la fabrication de briques et tuiles en terre cuite. 

  • LA TERRE DE BARRE

Elle existe sur les plateaux du bassin sédimentaire côtier, notamment ceux du sud de la dépression de Lama. Elle sert dans la fabrication de briques et tuiles en terre cuite.

  • LE KAOLIN

D’importantes réserves de kaolin ont été découvertes et peuvent être exploitées pour diverses applications: poteries, céramiques, sanitaires, carreaux, production de ciment blanc. Les réserves sont évaluées à 1 milliard de m³ de kaolin pollué par les oxydes de fer à kétou et à 1 million de m³ de kaolin blanc à Adakplamè.

  • LE SABLE

La plus importante réserve de sable au Bénin est constituée par le cordon littoral marin( exploitation suspendue depuis 13/09/2007 en raison de l’érosion côtière). Mais d’autres gisements hors du littoral ont été identifés dans le secteur de Sô-Ava, dans le fleuve Ouémé, sur le plateau d’Allada et aux environs de Parakou. Il existe du sable de verrerie dans la région de Sèmè (1200 000 tonnes) et dans la région de Houéyogbé (700 000 tonnes) avec une teneur en silice de 98%. 

 

LES COMBUSTIBLES FOSSILES
Des travaux de cartographie géologique et de prospection minière ont permis d’identifier des zones de tourbes dans les départements du sud, notamment :

Dans l’Atlantique : entre Cotonou et Hèvié ainsi que la vallée marécageuse de Kpomanou s’ouvrant sur le lac Toho ; dans le Mono : marécage de Kpakpatan ; dans l’Ouémé : dépressions marécageuses d’Avrankou, de Dogla Lago, entre Sèmè carrefour et Djrègbé.

 

AUTRES MINERAIS

Il existe de nombreux indices de minéralisation et de substances utiles nécessitant des travaux de détails pour leur connaissance plus approfondies. On peut citer: les diamants microscopiques: Magou et Kiatiko dans l’Atacora ; le rutile (minerai de titane) : Birni, Péhunco, Tchaourou, Savè et Kétou ; le nickel: sud de Tobré ( région de Péhunco) ; le gypse : Pobè, Bopa-Bakpodji ; et les métaux du groupe de l’étain : (étain, nobium, tantale, tungstène, etc….:) identifiés dans les régions de Dunkassa-Kalalé et de Sinendé .

 

LES HYDROCARBURES


Le bassin sédimentaire côtier recèle des gisements d’hydrocarbures. Les travaux d’exploration effectués ont permis de mettre en évidence des structures géologiques susceptibles de contenir des hydrocarbures. Le bassin côtier a été découpé en six (6) blocs : Quatre (04) blocs offshore 1,2,3,4  et deux (02) blocs onshore A et B.


Les réserves des hydrocarbures estimées au niveau de ces différents blocs atteignent sept (07) milliards de barils d’huiles réparties sur trois sites: Avrankou, Sèmè-Kpodji et Allada. Ces réserves se présentent comme suit :


- pétrole brut : 5 250 millions de barils;
- condensat : 200 millions de barils;
- gaz : 91 milliards de m³


Toutes ces informations donnent de bonnes perspectives dans le domaine de la production du gaz butane, la raffinerie de pétrole, la production des dérivées de pétrole et la production de matières plastiques.

Coopération bilatéraleDémarches consulairesAcces rapide
58 Avenue Glebe
Ottawa, Ontario
K1S 2C3
Tel.: 613.233.4429
Fax : 613.233.8952

amba.benin@yahoo.ca